Compte tenu des liens unissant la santé mentale (SM) et la santé liée à l’usage de substances (SUS), il est souvent bénéfique d’adopter une approche cohérente pour les personnes à la recherche de soutien vivant au Canada.

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) a été créé en 1988 par une loi du Parlement afin de fournir un leadership national ainsi que des analyses et des conseils fondés sur des données probantes pour réduire les méfaits liés à l’usage de substances au Canada. Fondée en 2007, la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC) est responsable de la conception et de la diffusion de programmes et d’outils novateurs qui favorisent la santé mentale et le bien-être de la population canadienne.

Le CCDUS et la CSMC ont collaboré à plusieurs projets afin de mieux connaître les données probantes et les bonnes pratiques actuelles en matière de SM, de SUS et de troubles concomitants. Ces projets ont notamment pris la forme d’une revue systématique de la littérature scientifique concernant la prestation de services en SM et en SUS, d’un examen de la littérature grise sur les lignes directrices opérationnelles et de mise en œuvre relatives aux services intégrés en SM et en SUS, et d’une étude mettant en lumière le vécu et l’expertise des personnes ayant une expérience passée ou présente des services intégrés de SM et de SUS au Canada. Les deux organismes ont aussi travaillé de concert dans le secteur du cannabis, avec notamment un compte rendu préparé au terme d’une rencontre d’échange des connaissances sur les bienfaits, préjudices et risques potentiels du cannabis pour la SM et la SUS.

Vous trouverez sur cette page Web la liste des projets réalisés et de l’information sur chacun.

Synthèse générale : La prestation de services intégrés en santé mentale, en usage de substances et en troubles concomitants


Synthèse d’un rapport qui recense et analyse les lignes directrices opérationnelles et de mise en œuvre relatives à la prestation de services intégrés en santé mentale, en usage de substances et en troubles concomitants en vigueur au Canada, aux États-Unis, en Europe et dans les pays du Commonwealth de 2017 à 2022. Les résultats montrent que le nombre de lignes directrices intégrées a augmenté au cours des cinq dernières années. La plupart d’entre elles ont une approche ciblant un contexte ou une population, plutôt qu’un système. Les lacunes dans l’élaboration des lignes directrices font ressortir des avenues de recherche et d’échange des connaissances, principalement en matière de bonnes pratiques, de normes de soins, de planification et de gestion, d’évaluation des résultats et de compréhension des effets de l’intégration des soins en contexte intersectionnel.

Pour demander la version intégrale du rapport, écrivez à Nina Salazar à nsalazar@ccsa.ca. nsalazar@ccsa.ca .

Rapport sommaire : Expérience et expertise des personnes ayant un savoir passé et présent sur l’intégration des services de santé mentale et de santé liée à l’usage de substances au Canada

Les services intégrés de SM et de SUS sont étudiés depuis plus de vingt ans, mais il n’existe aucune étude récente ou complète avec une méthodologie de recherche par les pairs sur la façon dont les personnes qui utilisent ces services vivent l’intégration. Pour répondre à ce besoin, nous avons chargé l’Association communautaire d’entraide par les pairs contre les addictions (ACEPA) d’explorer les expériences, l’expertise et les conseils de personnes ayant une expérience vécue ou vivante avec les services intégrés en SM et en SUS. Le rapport sommaire propose des recommandations politiques et pratiques visant à améliorer la prestation de ces services, à faire correspondre les besoins aux services et à mettre en place des mesures incitatives systémiques.

Rapport : Vers l’intégration des services de santé liés à l’usage de substances et la santé mentale : constats tirés d’une revue exploratoire

Il nous est paru nécessaire de répertorier les tendances générales relatives à la prestation de services intégrés en SM et en SUS dans la littérature scientifique, pour la période de 2018 à 2021. Cette synthèse porte sur les nouvelles recherches dans le domaine, notamment les principaux facteurs contraignants et facilitants de l’intégration, les principes d’organisation systémique propices à l’intégration et les conclusions de la revue de la littérature.

Pour demander la version intégrale de la revue exploratoire, écrivez à infocsmc@commissionsantementale.ca .

Compte rendu : Cannabis, santé mentale et santé liée à l’usage de substances


Nous avons organisé en mars 2023 avec la CSMC une rencontre d’échange des connaissances sur la recherche sur le cannabis, la santé mentale et la santé liée à l’usage de substances. Grâce à des fonds de Santé Canada, les deux organisations ont pu financer environ 70 équipes de recherche, qui se sont penchées sur les bienfaits, préjudices et risques potentiels du cannabis pour la SM et la SUS. La rencontre de trois jours a réuni des équipes qui ont présenté les résultats de leurs projets, leurs observations et leurs expériences. Parmi les sujets étudiés, mentionnons l’influence de la légalisation sur les perceptions et les habitudes de consommation, les répercussions de la légalisation sur la SM et le bien-être, le vécu expérientiel des groupes en quête d’équité et bien plus. Le compte rendu résume les constats et thèmes abordés lors de la rencontre et propose des recommandations de futures recherches, politiques et pratiques.

Pour demander la version intégrale du compte rendu, écrivez à infocsmc@commissionsantementale.ca.

Recoupements entre l’usage de substances et le suicide : données probantes et points à retenir

Examine comment certaines habitudes d’usage de substances peuvent augmenter le risque de suicide. Met en évidence des facteurs croisés comme le type de substance et la quantité consommée, ainsi que des influences biologiques et sociales. Indique que des groupes tels que les hommes et les personnes âgées peuvent présenter un risque accru de suicide en raison d’inégalités sociales et de santé qui se recoupent, notamment les traumatismes, les troubles concomitants, la stigmatisation et les difficultés d’accès aux soins de santé. Propose des approches de prévention et d’intervention susceptibles d’améliorer les services et les ressources de soutien, ainsi que des sujets à creuser lors de recherches futures.

Scroll to Top